Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

4 articles avec papotage de couturiere

QUI A INVENTE LA FERMETURE ÉCLAIR ?

Publié le par Les Passions de petite ALINE

En 2014,  la fermeture éclair de nos jours fêtera ses 100 ans d'existence.

fermeture-eclair.jpg


C'est en 1891 qu'un Américain du nom de Judson Whitcomb élabora une première fermeture à glissière ou à crémaillère qui s'ouvrait et se fermait à base d'oeillets et de crochets.(pas facile du tout)


Pendant une vingtaine d'années, plusieurs inventeurs ont travaillé à l'amélioration de cette fermeture que l'on apelait à l'époque "surity fastener".


Et c'est Gidéon Sundbâck (Américaino-Suédois) qui en 1914  inventa la première fermeture à glissière composée de petites dents s'emboîtant les unes dans les autres avec un curseur intégré. Celle des temps modernes.

Il déposa le brevet en 1914 et enregistré en 1917.

220px-Gideon_Sundback.jpg


Elle fut vite appelée "Fermeture éclair" de la société Eclair Prestil SN.

Mais il faudra quand même attendre vers 1934, pour quelle soit utilisée dans la confection industrielle.

Les dents et les crans de la navette étaient métalliques, maintenant l'on en trouvent énormément en matière plastique.

001_Sundback_zipper_1917_patent.jpg

 

Définition dictionnaire Larousse :

Fermeture à glissière ou éclair : Dispositif qui sert à fermer. (nom déposé) Constituée de deux chaînes souples, à dents, qui engrènent au moyen d'un curseur.

 Synonyme :

Fermeture à glissière

Fermeture à crémaillère

Fermeture éclair

Zip

Zipper

Tirette

 


Publié dans PAPOTAGE DE COUTURIERE

Partager cet article

Repost 0

HISTOIRE DU METRE-RUBAN

Publié le par Les Passions de petite ALINE

  Qui a inventé le mètre-ruban ?

  metre-ruban-008.JPG

Le mètre-ruban sous sa forme actuelle a presque deux cents ans.                                 

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les tailleurs ont utilisé des bandes de papier sur lesquelles ils marquaient des repères quand ils prenaient les mesures de leurs clients.                                  

Si,  par exemple, ils avaient marqué sur une bande de papier les repères du tour de taille d'un client, il ne leur restait plus qu'à diviser cette mesure en quarts ou en huitièmes pour bâtir leur patron.                                                               

Mais c'est vers l'année 1800 qu'un tailleur anglais du nom de George Atkinson eut l'idée de fabriquer un ruban gradué, en mesures anglaises.                             

Et ce n'est que 10 ans plus tard en 1810 que le mètre-ruban en centimètres a fait son apparition, grace au tailleur francais, Mr Bardé qui a lancé la fabrication de cet accessoire de couturière.

 

Publié dans PAPOTAGE DE COUTURIERE

Partager cet article

Repost 0

HISTOIRE DU TRICOTIN

Publié le par Les Passions de petite ALINE

 

Les tricotins en forme de petite poupée, en petit bonhomme,  les bobines en bois, les champignons, c'est l'outil le plus simple pour fabriquer les chainettes ronde.

Maintenant on trouve des tricotins à manivelle, comme sur la photo, le résultat est le même, mais c'est la vitesse TURBO poiur la réalisation d'une chainette.

tricotin-003.JPG

 

 

On en a presque toutes un dans nos affaires de couture.

La technique du tricotin remonte au Moyen Age où l'on utilisait un os allongé vidé de sa moelle dont les extrémités était limée de façon à former 4 ou 5 voir 6 pointes nécessaires à l'exécution de la chainette.

Ces chainettes obtenues, elles étaient utilisées comme rênes pour les chevaux, car elles étaient extrêmement solides. Car les chainettes faites avec nos crochets, servent plutôt à la décoration vestimentaire.

Le tricotin de nôtre enfance, le petit bonhomme sans bras avec un corps lisse , coloré et rebondi est troué en son milieu de la tête au pied et qui porte sur la tête un petit chapeau orné de 4 clous à tête ronde ou arceaux de métal n'a que 100 ans.

Petite précision seul la tricotin en forme de bonhomme à 100 ans, mais l'ancêtre du tricotin remonte à 1000 ans avec la fabrication des cordons "style à "la lucette".

Publié dans PAPOTAGE DE COUTURIERE

Partager cet article

Repost 0

HISTOIRE DU "Dé à coudre"

Publié le par Les Passions de petite ALINE

Article concernant l'histoire étonnante et passionnante de nos trésors... objet de couturière,  vêtement,  ouvrage.

  

de-002.JPG

 

  Du latin ..digitus                                                                                                                                          

Il a toujours eu la forme d'un petit godet en métal  ou en une matière dure, mais cependant à l'époque médiéval il existait des protèges-doigts qui avaient la forme d'une bague sur laquelle on avait monté une plaque. Le dé serait-il une bague transformée ?

On a même trouvé des dés en métal dans les ruines de Pompeï et l'on sait que puisque les soldats romains devaient entretenir eux-mêmes leurs vêtements, les aiguilles et le dé faisaient partie de leur équipement .                                        

On cousait tout à la main , le dé était donc une marchandise importante.                                                                           

Dé d'or et d'argent finement travaillés et ornés d'inscustations de pierres précieuses, d'émail, de nacre ou de porcelaine.                                                                   

Véritables oeuvres d'art, mais quelle que soit leur valeur, tous les dés possèdent le même sommet arrondi ou plat doté de petites alvéoles.

Pendant des siècles, lors des fianciailles, la tradition a voulu que les jeunes gens offrent à leur promise des dés particulièrement ouvragés.                                     

Publié dans PAPOTAGE DE COUTURIERE

Partager cet article

Repost 0